mardi 1 mars 2022

Fable de jean de La Fontaine TESTAMENT EXPLIQUÉ PAR ÉSOPE (*)

 Fable de jean de La Fontaine 


TESTAMENT EXPLIQUÉ PAR ÉSOPE (*)

            Si ce qu'on dit d'Ésope est vrai,
            C'était l'oracle de la Grèce,
            Lui seul avait plus de sagesse
Que tout l'Aréopage (1). En voici pour essai (2)
            Une histoire des plus gentilles,
            Et qui pourra plaire au lecteur.

            Un certain Homme avait trois Filles,
            Toutes trois de contraire humeur :
            Une buveuse, une coquette,
            La troisième avare parfaite.
            Cet Homme, par son testament,
            Selon les lois municipales (3),
Leur laissa tout son bien par portions égales,
            En donnant à leur Mère tant,
            Payable quand chacune d'elles
Ne posséderait plus sa contingente (4) part.
            Le Père mort, les trois Femelles
Courent au testament sans attendre plus tard.
            On le lit ; on tâche d'entendre (5)
            La volonté du Testateur ;
            Mais en vain : car comment comprendre
            Qu'aussitôt que chacune Sœur
Ne possédera plus sa part héréditaire (6),
            Il lui faudra payer sa Mère ?
            Ce n'est pas un fort bon moyen
            Pour payer, que d'être sans bien.
            Que voulait donc dire le Père ?
L'affaire est consultée, et tous les Avocats,
            Après avoir tourné le cas
            En cent et cent mille manières,
Y jettent leur bonnet (7), se confessent vaincus,
            Et conseillent aux Héritières
De partager le bien sans songer au surplus.
            Quant à la somme de la Veuve,
Voici, leur dirent-ils, ce que le Conseil treuve (8) :
Il faut que chaque sœur se charge par traité
            Du tiers, payable à volonté (9),
Si mieux n'aime la Mère en créer une rente
            Dès le décès du Mort courante.
La chose ainsi réglée, on composa trois lots :
            En l'un, les maisons de bouteille (10),
            Les buffets dressés sous la treille,
La vaisselle d'argent, les cuvettes, les brocs,
            Les magasins de malvoisie (11),
Les esclaves de bouche (12), et, pour dire en deux mots,
            L'attirail de la goinfrerie ;
Dans un autre, celui de la coquetterie :
La maison de la ville et les meubles exquis,
            Les Eunuques et les Coiffeuses,
                        Et les Brodeuses,
            Les joyaux, les robes de prix.
Dans le troisième lot, les fermes, le ménage,
            Les troupeaux et le pâturage,
            Valets et bêtes de labeur.
Ces lots faits, on jugea que le sort pourrait faire
            Que peut-être pas une Sœur
            N'aurait ce qui lui pourrait plaire.
Ainsi chacune prit son inclination (13);
            Le tout à l'estimation.
            Ce fut dans la ville d'Athènes
            Que cette rencontre arriva.
            Petits et grands, tout approuva
Le partage et le choix. Ésope seul trouva
            Qu'après bien du temps et des peines
            Les gens avaient pris justement
            Le contre-pied du testament.
Si le Défunt vivait, disait-il, que l'Attique
            Aurait de reproches de lui !
            Comment ! Ce peuple qui se pique
D'être le plus subtil des peuples d'aujourd'hui
A si mal entendu la volonté suprême
        D'un Testateur? Ayant ainsi parlé,
            Il fait le partage lui-même,
Et donne à chaque Sœur un lot contre son gré.
            Rien qui pût être convenable,
            Partant rien aux Sœurs d'agréable.
            A la Coquette, l'attirail
            Qui suit les personnes buveuses.
            La Biberonne eut le bétail.
            La Ménagère eut les coiffeuses.
            Tel fut l'avis du Phrygien,
            Alléguant qu'il n'était moyen
            Plus sûr pour obliger ces Filles
            À se défaire de leur bien,
Qu'elles se marieraient dans les bonnes familles,
            Quand on leur verrait de l'argent,
            Paieraient leur mère tout comptant ;
Ne posséderaient plus les effets de leur Père,
            Ce que disait le testament.
Le peuple s'étonna comme (14) il se pouvait faire
            Qu'un homme seul eût plus de sens
            Qu'une multitude de gens.



(1) Tribunal célèbre d'Athènes, réputé pour sa sagesse
(2) exemple
(3) se dit des villes qui ont des coutumes, des droits particuliers(d'après Richelet)
(4) la part qui lui revient
(5) comprendre
(6) d'héritage
(7) de nos jours, les juges portent une toque. Il s'agit icid'un bonnet à quatre cornes. Ils "jettent leur bonnet" signifie :ils renoncent à comprendre
(8) les 2 formes trouve et treuve sont utilisées à l'époque
(9) sur simple demande de la mère, immédiatement
(10) maison de plaisance
(11) vin grec, doux et liquoreux
(12) préposés au service de la table
(13 ) ce qui lui plaisait
(14) le peuple étonné se demanda comment



Le parler Nantais.

Le parler Nantais.

Ancienne fromagerie centrale actuellement Beillevaire rue de la contrescarpe Nantes.




Chaque jour un nouveau mot de patois du Pays Nantais, locutions régionales, expression locale.
Extrait de ' Locutions Nantaises ' Paul Eudel 1884 

Mes images n' ont aucun lien avec le parler du jour, juste une évocation de la ville de Nantes 

Jeu de mot à la .

 Jeu de mot à la ...


ON NE DIT PAS LES CONFIDENCES 

MAIS

LES CANARDS VALSENT  



.

Le Chat par Philippe Geluck

 

Le Chat par Philippe Geluck 
C'est comme il a dit lui !





Le Dicton du jour. Charlie Hebdo- Charb- 1 mars


Le Dicton du jour.
Charlie Hebdo- Charb
Le dicton de Maurice et Patapon
Le dicton de Maurice sans Patapon 
Le Dicton de Maurice sans Charb


Dictons et Proverbes du Jour. 1 Mars

 Dictons et Proverbes du Jour.

 1 Mars 
La rosée de Saint Albin est, dit-on, rosée de vin.

Ainsi qu'environ 70 autres 

Chaque jour un (des) nouveau(x) dicton(s) proverbe(s) bonnes sens populaires, adages. Sagesse paysanne, traditions populaires, bon sens paysan. Dicton météo, dicton météorologique. Souvent fiable quelquefois contradictoire.

Proverbes et Dictons de Mars

 Proverbes et Dictons de Mars







Proverbe et dicton du jour
Dictons et proverbes plus de 500 dictons et proverbes sur le thème du mois  de Mars  et du printemps .

1 Mars
A la Saint  Aubin c est de l' eau que le buisson goute le matin .
A la saint Aubin, l’avoine au vent
A la Saint Aubin, on tond d'ordinaire le mouton. (Picardie)

La citation du jour



English: Alphonse Allais (1854-1905) Русский: ...
 Alphonse Allais (1854-1905) (Photo credit: Wikipedia)
 Citations Pensées Maximes Du Jour.

Sélection du message

La pensée philosophique du jour

Pensée  philosophique du jour . Juste pour rire C'est comme il a dit lui ! Le Chat de Philippe Geluck Attention  réservé  à un  p...